Encore une mauvaise surprise climatique : la concentration atmosphérique en méthane (gaz naturel ou CH4), deuxième gaz à effet de serre par sa contribution au dérèglement (20 %, pour 70 % au CO2), est en train d’exploser. Son accroissement annuel, presque insignifiant de 2000 à 2006, a été multiplié par 10 jusqu’en 2014 et même par 20 depuis, révèle le premier bilan complet des émissions de méthane, réalisé par le programme scientifique international Global Carbon Project.

 

Pour la publication initiale du Global Carbon Project, c'est par ici (clic)