(Sénégal) Un procédé de compostage breveté par l'Office africain de la propriété intellectuelle | Échos circulaires de la matière organique | Scoop.it

C’est un gâchis que les restes d’aliments finissent dans des poubelles et décharges. Papa Mor Dieng vient de leur donner une utilité. Il a produit un compost d’une bonne qualité fertilisante attestée par des instituts spécialisés. L’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi) lui a donné un brevet.

«Rien ne se perd. Rien ne se crée. Tout se transforme». Cette maxime a encore plus de poids aujourd’hui que depuis qu’elle a été lancée par le chimiste et philosophe français Antoine Laurent Lavoisier. Dans le domaine de l’agrobusiness et de l’industrie, on assiste à une course vers le recyclage. C’est plus qu’un effet de mode. C’est un impératif pour tous ceux qui se préoccupent de la préservation de l’environnement et de la viabilité des systèmes d’exploitation agricole. Ils ont certainement raison. Le recours à l’engrais et aux pesticides a créé beaucoup de problèmes environnementaux et sociaux. Aujourd’hui, il faut réinventer de nouvelles pratiques agraires et agricoles. Au Sénégal, des acteurs comme Papa Mor Dieng sont engagés sur la voie de la recherche des alternatives.

 

Brevet disponible ici : http://www.oapi.int/Ressources/memoire/17292.pdf