(Monde) Le WWF accusé de « violation des droits de l’homme » au Cameroun | Échos circulaires de la matière organique | Scoop.it

Fait sans précédent, l’OCDE a jugé recevable une plainte déposée contre l’ONG de protection de la nature, mise en cause pour des violences à l’encontre des Baka.


Jusqu’alors, seules les multinationales pouvaient être amenées à justifier leurs pratiques devant l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui regroupe les 35 pays industrialisés de la planète. Depuis vendredi 6 janvier, les organisations non gouvernementales (ONG) originaires de ces pays savent que cela peut aussi leur arriver.

Ironie de l’histoire, c’est une ONG qui a déposé plainte à l’OCDE contre WWF, le fonds mondial pour la nature, en mettant en cause les agissements de ses patrouilles anti-braconnage contre les peuples de l’ethnie Baka dans les forêts protégées du sud-est du Cameroun. La plaignante, Survival International, défend de longue date les droits des peuples autochtones et s’est toujours montrée très critique à l’encontre des mouvements conservationnistes qu’elle taxe volontiers de « colonialisme vert ».